Débat citoyen le vendredi 29 décembre 2017

Sport de compétition, argent et politique

de 15h à 17h à la Maison des associations (salle 2ème étage) – 22, rue Saint Nicolas – 71490 Couches.

Les participants sont invités à réagir sur les propositions suivantes, qui ne sont que des amorces et pistes de débat et non des affirmations validées. Chaque participant peut également proposer son propre texte polémique.

Proposition 1 : La compétition sportive est-elle utilisée par le pouvoir politique ?

Le pouvoir politique contribue au financement du sport de compétition et l’utilise à des fins de valorisation d’image. L’organisation des grandes coupes du monde et des jeux olympiques sont des outils de fidélisation de l’opinion publique par les partis politiques au pouvoir, d’une part, et des opérations de diversion par rapport aux problèmes sociaux, d’autre part. Par ailleurs, la collusion entre les intérêt politiques et commerciaux lors de l’organisation ces grandes manifestations est évident, ce qui conduit régulièrement les gouvernements dits « démocratiques » à valider tous les  évènements sportifs mondiaux » se tenant dans les pays totalitaires.

Proposition 2 : La compétition sportive est-elle avant tout un business commercial ?

Le sport de compétition bénéficie d’un triple financement : les contributions des spectateurs, les subventions de l’Etat et les recettes publicitaires (sponsoring, produits dérivés, droits TV), ces dernières constituant aujourd’hui l’essentiel de ce financement. On peut donc dire que le sport de compétition est devenue une activité commerciale comme toutes les autres, fonctionnant avec les mêmes règles, défauts et qualités. De ce fait, le spectateur devient un simple consommateur de produit sportif. La loi de la rentabilité maximale engendre donc elle même les dérives dont nous avons parlé plus haut (dopage, corruption, agressivité, collusion avec les états totalitaires,..)

Proposition 3 : Quelle législation serait-elle souhaitable pour encadrer le sport de compétition ?

Afin de garantir une indépendance du sport par rapport à la politique, il faudrait  :

  1. supprimer tout financement public au sport de compétition
  2. laisser aux seules fédérations sportives (devenues autofinancées) l’organisation des évènements sportifs

Afin de garantir une indépendance du sport par rapport au système commercial, il faudrait :

  1. interdire la rémunération des sportifs (autre que certaines prises en charge)
  2. interdire tout sponsoring et droit d’image
  3. retransmettre gratuitement les grands évènements (rôle du service public)

 

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.