Archives de l’auteur : Debat Citoyen

Vers une société de la gratuité, par Paul Ariès

La gauche est convaincue depuis un siècle qu’il faut d’abord faire croître le gâteau (PIB) avant de le partager. Ce principe est illusoire et fautif.  La croissance est toujours génératrice d’inégalités sociales. Elle casse les cultures populaires et toutes les formes protosocialistes d’existence. Le grand combat c’est de (re)développer les biens communs, de redevenir des partageux. Les gauches antiproductivistes proposent pour cela de mettre la question de la gratuité (donc celle des communs) au cœur de nos réflexions mais aussi de nos combats. La gratuité c’est déjà bon socialement puisque c’est une réponse concrète à l’urgence sociale, c’est une réponse au mouvement de « démoyennisation de la société ».  C’est une façon de réapprendre à définir les besoins sociaux à partir de la valeur d’usage.

Conférence du 4 avril 2019 à Lyon Villeurbanne, organisée par l’Association pour la promotion du débat citoyen, avec Paul Aries, politologue, directeur de l’Observatoire international de la gratuité

 

Pourrons-nous éviter la faillite de notre système industriel ? par Christian Laurut

La faillite est une notion comptable qui définit le résultat final d’un mode d’exploitation déficitaire, intervenant après une période plus ou moins longue de tentatives infructueuses pour le rendre bénéficiaire. La société industrielle, dans laquelle nous vivons, accumule année après année des déficits d’exploitation, qu’une création monétaire ex nihilo permet de masquer aux yeux du grand public sans pouvoir toutefois les combler sur un plan rigoureusement comptable. Si cette arithmétique rébarbative est peu évoquée dans le discours commun, elle procède néanmoins d’une logique implacable que l’étude approfondie des données économiques fait apparaître sous un jour éclatant, à défaut d’être rassurant.

Conférence du 5 septembre 2019 au Palais du Travail de Lyon Villeurbanne, par Christian Laurut – https://www.christianlaurut.com/

Introduction à une théorie écologique de l’esprit, par Vincent Mignerot

Alors que la notion de risque d’effondrement est désormais dans tous les médias, accompagnant la longue liste des mauvaises nouvelles sur l’état de la biosphère, la question se pose aujourd’hui d’estimer de notre marge de manœuvre pour l’avenir. Nos échecs du passé vont nous obliger à politiser différemment notre rapport aux ressources et à notre milieu. Afin de ne pas nous engager de nouveau dans des impasses, peut-être devons-nous nous poser une question à laquelle nous aurions déjà dû répondre il y a longtemps : sommes-nous seulement capables de protéger l’environnement ?

Conférence du 7 mars 2019 à Lyon Villeurbanne, organisée par l’Association pour la promotion du débat citoyen, avec  Vincent Mignerot, chercheur indépendant en sciences sociales Conférencier :

“Le progrès m’a tuer !”, entretien/débat avec Philippe Souchet

Alors que les rapports sur les ravages environnementaux se font de plus en plus alarmistes, institutions internationales et Etats appellent à la mobilisation générale pour faire face au “défi” climatique. Leur plan d’urgence ? Accélérer l’innovation technologique pour rendre le développement plus durable. Leur écologie est en fait une opportunité pour conforter le système industriel et intensifier la marchandisation du monde. En quatre décennies, ce programme a pourtant fait la preuve de son échec. Le développement durable n’a pas eu lieu. Il n’y a pas de croissance verte. L’expansion économique se nourrit d’une quantité sans cesse accrue d’énergie et émet toujours plus de pollution. Nous ne pouvons pas prétendre préserver la nature et l’homme sans nous attaquer à cette dynamique. C’est pourquoi notre écologie, elle, porte un projet de rupture radicale : elle remet en cause le capitalisme, le déferlement technologique, l’organisation industrielle, l’impératif de croissance, un certain mode de vie et d’être. De sensibilités diverses, mais partageant tous cette perspective, les auteurs réunis ici, grandes voix critiques venant des quatre coins du monde, appellent à rejeter l’idéologie destructrice du Progrès.

Conférence du 7 février 2019 à Lyon Villeurbanne, organisée par l’Association pour la promotion du débat citoyen, avec Philippe Souchet, collaborateur au journal “La Décroissance”

Faim d’un monde, conférence gesticulée avec Laurent Legendre

Comment l’effondrement de la civilisation industrielle est finalement une bonne nouvelle… A la croisée des engagements associatifs, syndicaux et politiques, comment réagir quand on se rend compte que la transition vers un monde différent ne se fera pas en douceur, mais passera par un effondrement de civilisation, écologique, commercial ou financier ? Il reste peu de temps pour se préparer. Faisons le collectivement.

Conférence gesticulée, le 23 janvier 2019 au Palais du travail de Lyon Villeurbanne. Organisée par l’Association Débat Citoyen, avec Laurent Legendre

Démographie, le débat nécessaire par Didier Barthès

Parmi tous les facteurs de pression anthropique sur l’environnement, la démographie est l’un des plus déterminants et pourtant l’un des moins souvent discuté. Quelles sont les données du problème ?  Où en sont nos effectifs,  leur évolution ainsi que celle de la fécondité dans les différentes parties du monde ?Que disent les projections pour ce siècle ?En quoi le nombre des hommes pèse-t-il sur la nature  et sur la biodiversité en particulier, ainsi qu’indirectement sur de nombreuses libertés humaines ?Pourquoi le sujet est-il largement tabou ? Que peut-on faire et en quoi l’humanisme est-il certainement du côté d’une certaine modestie démographique ?

Conférence du 10 janvier 2019 à Lyon Villeurbanne, organisée par l’Association pour la promotion du débat citoyen, avec Didier Barthès, porte-parole de l’association Démographie responsable : http://www.demographie-responsable.org/​

Vers la démocratie directe, par Christian Laurut

Le terme « Démocratie Directe » est un pléonasme nécessaire. Pléonasme d’abord, parce que le mot démocratie signifie déjà en lui même un système d’organisation sociale dans lequel le peuple possède directement le pouvoir. Nécessaire ensuite, parce que le terme démocratie a été détourné de sons sens initial, après la révolution de 1789, par une minorité oligarchique qui en a construit un synonyme trompeur dénommé démocratie représentative. En réalité, cette « démocratie représentative » n’a rien d’une démocratie. C’est, juridiquement parlant, une oligocratie, c’est à dire un système qui établit le pouvoir d’un groupe restreint sur l’ensemble de la collectivité. Pour établir une vraie démocratie, c’est à dire la « démocratie directe » (qui n’a encore jamais été instituée dans aucun pays), il convient d’envisager une modification en profondeur des institutions en vigueur. L’objet de cette conférence est d’exposer en détail les modalités de cette transformation institutionnelle.

Conférence à Lyon Villeurbanne le 20 décembre 2018 organisée par l'”Association pour la promotion du débat citoyen”. Site internet du conférencier : https://www.christianlaurut.com

Peut-on imaginer une société sans Etat ? par Stéphane Geyres

Présentation : 1. Rôle présumé de l’Etat et problèmes posés – 2. Exemples dans l’histoire et la vie quotidienne – 3. Quelques auteurs théoriciens (jusnaturalistes, école autrichienne…) – 4. Comment serait une telle société – Idées de base – 5. Prospective et initiatives.

Conférence du 8 novembre 2018 à Lyon Villeurbanne ,organisée par l’Association pour la promotion du débat citoyen, avec Stéphane Geyres, fondateur du Mouvement des libertariens

Fin du pétrole et avenir radieux, par Georges Turlin

Il est admis aujourd’hui que le pétrole est une denrée épuisable dont la production atteint un maximum pour ensuite décliner. Cette denrée est essentielle et irremplaçable pour maintenir le monde industriel dans lequel nous vivons, le déclin de l’une annonce donc le déclin inéluctable de l’autre. La machine qui supplanta l’outil ces derniers siècles ne fonctionnera plus, l’homme sera contraint à l’essentiel et laissera de côté le superflu. Ce propos n’est que la constatation d’événements physiques simples qui permet de prédire sans aucun doute que les générations futures devront se passer de machines, d’électricité et, par la suite, ne seront même plus en mesure de produire d’outils métalliques. Ce sera alors le retour à l’âge de pierre. Cet avenir est radieux. C’est en effet la seule chance de survie de l’humanité, la seule chance qu’elle ait de ne pas suffoquer sous la pollution que son activité frénétique engendre.

Conférence du 4 octobre 2018 à Lyon Villeurbanne organisée par l’association pour la promotion du débat citoyen, avec Georges Turlin, ingénieur en plateformes pétrolières.

La faillite annoncée de la société industrielle, par Christian Laurut

La société industrielle représente une étape mineure et éphémère de la trajectoire humaine. Sévissant depuis 200 ans à peine sur une abscisse temporelle de 3 millions d’années, elle va très bientôt se trouver confrontée à la raréfaction inéluctable des ressources naturelles qu’elle utilise, à la dégradation de l’énergie qu’elle fabrique, et à un solde cumulé du déficit de son compte d’exploitation devenu impossible à rembourser. Cette triple perspective est bien celle d’une “faillite annoncée”.

Conférence à Lyon Villeurbanne le 6 septembre 2018 organisée par l'”Association pour la promotion du débat citoyen”, avec Christian Laurut chercheur indépendant en économie politique.

L’action citoyenne, sentinelle de la démocratie locale

Les opposants à l’action citoyenne aiment à nous renvoyer prioritairement un argument qu’ils considèrent comme péremptoire : “si vous n’êtes pas d’accord avec la mairie actuelle, vous n’avez qu’à vous présenter aux élections“. Cette litanie simpliste généralement claironnée sur un air de victoire, outre qu’elle permet, à chaque fois qu’elle nous est adressée, de préciser et d’expliquer encore un peu plus notre position, montre à quel point nos contradicteurs sont formatés par le système ambiant et se révèlent incapables de modifier leur logiciel de pensée. Pour eux, en résumé, hormis les trois semaines  de campagnes électorales sexennales, le débat démocratique n’a pas lieu d’être. Pire, certains pensent même qu’il devrait être réprimé, voire interdit tout simplement.  En guise d’illustration, un maire local, lors d’une procédure judiciaire en cours auprès du tribunal administratif, a récemment mis en avant ce même type d’argument, accusant les auditeurs citoyens d‘agir en dehors du débat démocratique, au prétexte qu’ils refusaient de se présenter aux élections. Continuer la lecture

Présentation du municipalisme démocratique : samedi 05/09/2020 à 14h30

L’instauration de la vraie démocratie doit-elle venir se faire le haut ou par le bas ? Certainement pas par le haut, car nous avons déjà pu constater que, depuis 1789, l’aspiration démocratique a été falsifiée en système oligocratique. Donc c’est bien évidemment par le bas que ce mouvement doit pouvoir se concrétiser, et, plus particulièrement en cette période d’élections municipales. C’est ainsi que la création, partout en France, d’Assemblées Citoyennes Locales (ACL) fonctionnant en tant que contre-pouvoirs implicites à côté des instances municipales pourrait être posée en tant qu’objectif par tous les vrais démocrates, et ainsi préfigurer l’installation d’une démocratie citoyenne s’éloignant du principe psychorigide de la représentation, tant au niveau local, que, dans un deuxième temps et par une mise en réseau de toutes les ACLs, au plus haut niveau de la fonction législative nationale. Il est à noter que ce municipalisme démocratique, actuellement porté par de nombreux mouvements alternatifs, reprend de façon assez similaire les thèses du philosophe de l’écologie sociale Murray Bookchin, développées il y déjà plus de trente ans.

Conférencier : Christian Laurut, ESSEC, chercheur indépendant en économie politique et organisation sociétale. Porte parole de Débat Citoyen

Accès : l’accès est libre après inscription par ce formulaire. Dès votre inscription, vous recevrez  lien et code d’accès à la salle virtuelle, qui resteront valables pour toutes les video-conférences et video-réunions du samedi après midi “Les samedis de la démocratie locale”, organisés par Débat Citoyen. Si vous vous êtes déjà inscrit pour une réunion précédente, il n’est donc pas obligatoire de vous réinscrire pour cette réunion (mais vous pouvez tout de même le faire si vous avez égaré votre code).

Prochaine visio réunion débat le 25/07/2020 à 14h30 : Les freins du municipalisme démocratique

La mise en place de structures citoyennes de suivi et de contrôle de la gestion communale rencontre un certain nombre de difficultés, et pour des raisons pas forcément prévisibles au premier abord. Pourtant l’idée de départ semble relativement consensuelle, car il s’agit tout simplement de ne pas faire un chèque en blanc à un groupe restreint d’individus ( # un conseil municipal, ou même souvent dans le cas des villes de moins de 5000 habitants,  un seul individu), pour faire usage de l’argent public collecté sur les habitants de la cité. Car en effet, si l’idée d’un suivi citoyen de la contribution publique ne rencontre pas d’opposition lors de sa formulation, et que cette idée est même inscrite en tant que droit imprescriptible dans la constitution française par le biais des articles 14 et 15 de la DDHC, cette idée en revanche, rencontre énormément d’obstacles lors sa mise en application pratique et ces obstacles ne sont pas toujours ceux que l’on pourrait imaginer.

Après une brève présentation d’expériences de mise en oeuvre d’assemblées citoyennes locales, le débat s’engagera entre les participants.

Accès : l’accès est libre après inscription par ce formulaire. Dès votre inscription, vous recevrez  lien et code d’accès à la salle virtuelle, qui resteront valables pour toutes les video-conférences et video-réunions du samedi après midi “Les samedis de la démocratie”, organisés par Débat Citoyen. Si vous vous êtes déjà inscrit pour une réunion précédente, il n’est donc pas obligatoire de vous réinscrire pour cette réunion (mais vous pouvez tout de même le faire si vous avez égaré votre code).

Prochaine visio-conférence le 04/07/2020 à 14h30 : Le Projet DemOS

Présentation : Plus qu’un simple reset, notre société nécessite un formatage, et l’installation d’un nouveau système d’exploitation. AD.OS c’est le système démocratique de demain, avec l’outil et les moyens de sa diffusion. La “blockchain” est un véritable outil fondamental pour nous citoyens, elle nous amène la transparence du mécanisme, la sécurité, le secret, l’immuabilité des propositions et du vote, c’est la technologie qui nous permettra de concevoir l’outil, notre futur stylo démocratique. Sans elle, c’est perdu d’avance et tout ce que nous pourrons faire ne sera jamais rien d’autre qu’une simple «mise à jour» d’une république qui n’a jamais rien eu de démocratique.

Conférencier :  Jean Terrazzoni

Accès : l’accès est libre après inscription par ce formulaire. Dès votre inscription, vous recevrez  lien et code d’accès à la salle virtuelle, qui resteront valables pour toutes les video-conférences et video-réunions du samedi après midi “Les samedis de la démocratie”, organisés par Débat Citoyen. Si vous vous êtes déjà inscrit pour une réunion précédente, il n’est donc pas obligatoire de vous réinscrire pour cette réunion (mais vous pouvez tout de même le faire si vous avez égaré votre code).

 

Plan-type d’un Audit Communal Citoyen

A titre d’information et d’exemple, nous reproduisons ci-après le plan-type d’un Audit Communal Citoyen, dont peut s’inspirer toute Assemblée Citoyenne Locale.

Avertissement : Justification et pertinence du choix de la commune auditée, information sur la structure auditrice

I – Présentation du protocole

I.1. L’Audit Communal Citoyen est un Audit d’intérêt général : Enoncer les principes fondant la notion d’intérêt général du point de vue citoyen.

I.2. Quelles sont les principales procédures d’audit ? : Expliciter les procédures utilisée par les auditeurs pour mener l’enquête.

I.3. Quels sont les domaines audités ? : Lister les rubriques, les huit proposées ci-après n’étant pas limitatives. Certaines peuvent même être élargies par des sous-rubriques en fonction de la taille de la collectivité auditée. Continuer la lecture